BD-Concert

D'après la Bande dessinée d'Alfred, parue en 2009 chez Delcourt (Mirages).

Roman original de Guillaume Guéraud, aux éditions Rouergue (2006)

Musique : JACH ERNEST

Montage vidéo : Stéphane Grenet

Durée : 48 minutes

A partir de 13 ans

AUDIO

VIDÉO

À PROPOS DE L'ARTISTE

LE BD-CONCERT :

Ce BD-Concert est l’expression sur scène de la bande dessinée d’Alfred : JE MOURRAI PAS GIBIER (2009), adaptation d’un court roman de son ami Guillaume Guéraud (Prix Sorcières 2007).

À l’origine créé pour le salon du livre jeunesse de Grateloup (47),  ce BD-Concert regroupe les quatre musiciens de JACH ERNEST à la composition musicale, Stéphane Grenet au montage vidéo, et Jeff Poupet à la technique.

La partition musicale créée par le groupe bordelais JACH ERNEST entraîne le spectateur dans un univers qui prend son inspiration dans la musique progressive de Mogwaï et l’americana de Nick Cave and The Bad Seeds. À la manière d’un ciné-concert, on redécouvre avec intensité les planches dessinées par Alfred. Quatuor à tendance pop, indie-rock et folk, JACH ERNEST est mené par Stéphane Jach, aussi membre du groupe Splendor In The Grass à qui l’on doit le BD-Concert COME PRIMA (bande dessinée d’Alfred, récompensée par le Fauve d’Or du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême 2014) ; Come Prima est également diffusé par La Route Productions.

L’HISTOIRE :

« Mortagne, 1219 habitants, du bois et de la vigne, les deux ressources qui alimentent les deux entreprises de la commune : Le Château Clément et la Scierie Listrac, dont les employés se détestent mutuellement. La haine domine à Mortagne, depuis toujours. Martial a préféré fuir ces querelles de clans, incapable de s’opposer par la parole, il agit. Sa rencontre avec Terence, l’un des rares à n’appartenir à aucun clan de part sa différence, va bouleverser sa vie. Jusqu’à son geste sans retour… »

Martial nous raconte et explique sa vengeance au travers d’un long flashback. Violent, choquant et captivant à la fois, JE MOURRAI PAS GIBIER emmène sur les traces du fait divers. Nous voici dans un véritable roman noir qui nous interroge sur la norme, la marge, le conflit et l’importance du langage pour résoudre le conflit. Le récit aborde aussi le thème de la différence par rapport à son groupe d’appartenance : comment rester soi même sans s’opposer aux autres et s’exclure du groupe ?

CRITIQUES :

« Un grand choc qui marque durablement. Le paysage sonore et musical crée par Jach Ernest n’est pas seulement un accompagnement de la BD : il l’ancre dans notre mémoire et notre corps, il lui donne des amarres sensorielles. On n’oubliera pas de sitôt ! » – Extrait du bilan des rencontres de Grateloup

A propos de la Bd d’Alfred 

«De magnifiques illustrations, un texte rare, tels sont les ingrédients de Je Mourrai Pas Gibier (…)»Mollat

«Je Mourrai Pas Gibier prouve à nouveau qu’Alfred est un des auteurs les plus prometteurs du moment. Après Pourquoi j’ai tué Pierre, il nous livre une histoire sombre dans la lignée des romans de Jean Meckert : qui est donc cet homme qui un jour a pris sa carabine pour tirer ?» – FNAC Nice